Tout ce qu’il faut savoir sur le parquet flottant

Si vous êtes en train de faire des travaux dans votre intérieur, vous avez peut-être déjà entendu le terme de parquet flottant. Ce dispositif s’avère idéal pour vos sols et est assez rapide. Si vous vous intéressez de plus près à ce sujet, voici tout ce que vous devez savoir sur le parquet flottant. Vous découvrirez dans cet article la définition précise du terme, l’historique de cette méthode, ses différents avantages, les subtilités qui régissent sa pose, son prix, ainsi que les dispositifs de nettoyage que nécessite le parquet flottant.


Un parquet flottant, qu’est-ce que c’est ?

Avant toute chose, il est important de savoir parfaitement de quoi nous sommes en train de parler. Le parquet flottant est un revêtement de sol, en bois, ou bien à base de bois, et qui possède une couche d’usure en bois noble. Cette dernière se doit d’être au minimum d’une épaisseur de 2,5mm et sa pose est faite de façon flottante. Ce dispositif signifie que le parquet n’est pas directement fixé au sol.

L’historique du parquet flottant

C’est dans les années 1980 que le parquet flottant fait son entrée dans les intérieurs. Très vite, ce dispositif a su convaincre et s’est imposé comme une véritable solution pour toutes les personnes qui doivent installer un revêtement de sol. Nous devons les tout premiers sols stratifiés à la Suède où le fabricant Perstorp les a produits en 1977. Même si ce dernier à changé son nom initial en Pergo, il n’en reste pas moins le leader mondial dans le secteur du parquet flottant. À titre d’information, ce sont plus de 500 millions de m2 de ce type de revêtement qui ont été produit par les fabricants européens en 2010.

Quels sont les avantages du parquet flottant ?

Si vous voulez installer un parquet chez vous, mais que vous ne savez pas lequel choisir, vous pouvez vous tourner vers le parquet flottant. En effet, ce dernier s’avère plus avantageux que le parquet massif. Tout d’abord, lorsque l’on compare ces deux types de parquet, on remarque que le premier est plus attractif financièrement parlant. Le prix de départ pour un parquet flottant est de 15€ le m2, tandis qu’il faudra compter 39€ m2 pour un parquet en bois massif. Bien entendu, le tarif dépendra du type de parquet que vous allez choisir, mais il n’en reste pas moins une différence notable pour les personnes qui ont un petit budget.

Dans la liste des avantages, on retrouve également la facilité de pose. En effet, le parquet flottant est considéré comme très simple à poser, notamment grâce à son système de sous-couches souples et de clipsage. Ce n’est pas le cas du bois massif qui lui nécessitera des clous ou bien de la colle. On considère également que le parquet en bois massif sera moins stable que le flottant, notamment car ce dernier résulte de l’association de trois couches différentes.

À noter que l’esthétique d’un parquet flottant est un point important à prendre en compte. Si ce dernier est bien posé et de bonne qualité, il peut s’avérer impossible de faire la différence avec un parquet massif. Grâce à ce dispositif de revêtement de sol, vous vous assurez de rendre vos intérieurs aussi élégants que possible.

Pour finir, il s’avère que le parquet flottant nécessite peu d’entretien, au contraire d’autres types de revêtements. De plus, ce dernier est considéré comme très hygiénique, au contraire de la moquette qui attire un grand nombre de saletés et d’acariens.

Quels sont les inconvénients d’un parquet flottant ?

Lorsque l’on se penche du côté des inconvénients, on découvre vite que le parquet flottant peut poser des problèmes de bruits. En effet, lorsqu’il est posé dans des lieux de vie collectifs, tels que des immeubles, il se peut que les voisins entendent le bruit des pas provenant d’un appartement voisin. Ce point est notamment dû à sa consistance qui rend le parquet flottant beaucoup moins isolant que la moquette. En effet, du fait qu’il y a de l’air sous le plancher, un phénomène apparaît, on l’appelle « l’effet tambour ». Pour limiter au maximum cet inconvénient, il ne faut pas faire l’impasse sur la sous-couche isolante phonique.

Il s’avère également que le parquet flottant résiste peu à l’humidité, on évitera donc d’en mettre dans une salle d’eau ou bien à proximité d’une machine à laver et d’un lave-vaisselle. Si vous placez votre parquet flottant dans un endroit qui craint les inondations, ou bien dans une pièce possédant un fort taux d’humidité, vous risquez d’avoir de mauvaises surprises.

Dans certains cas, des foyers ont fait face à des soucis de diffusion de pollution. On parlera dans ce cas-là de « pollution intérieure ». Généralement, cela se produit lorsque l’on met en place des parquets faits en bois aggloméré. À noter que le risque est multiplié lorsque le revêtement est posé sur un plancher chauffant. En effet, la chaleur aura tendance à favoriser la diffusion de polluants dans l’air ambiant. Ce point pourra également s’avérer problématique pour les personnes souffrant d’allergies.

Pour finir, certaines associations telles que Greenpeace France ont soulevé que l’utilisation de ce type de parquet pouvait participer aux problèmes de déforestation. Dans un souci de respect de l’environnement, il est préférable d’être vigilant sur le choix des couleurs et du type de bois.

Si vous décidez d’opter pour un parquet flottant bon marché, vous devez prendre en compte que vous ne pourrez le poncer qu’une seule fois. Dans les tarifs les plus bas, on retrouve souvent des produits avec une couche d’usure en bois noble assez réduite. Afin de ne pas se retrouver face à ce genre de souci, il est vivement conseillé d’utiliser ce type de plancher flottant uniquement dans des pièces où il y a peu de passage.

Comment bien préparer son sol pour la pose d’un parquet flottant ?

Si vous envisagez de poser du parquet flottant, sachez que vous devez être particulièrement vigilant à la nature de votre sol. En effet, ce dernier se doit d’être lisse et régulier. Il doit être également parfaitement propre lors de la pose.

Dans le cas où votre sol ne possède pas ces différentes caractéristiques, vous allez devoir faire ce que l’on appelle un ragréage. Cette méthode vise à poser un enduit de finition sur une surface maçonnée. Cette dernière peut être aussi bien brute, neuve ou bien restaurée. Le principal objectif est d’aplanir la surface sur laquelle on effectue le ragréage. Si votre sol s’avère être trop irrégulier, il est également possible de le mettre à niveau grâce à un chape de mortier. Parmi les autres solutions qui s’offrent à vous, on retrouve également la mise à niveau par calage du support existant. Concrètement, ce dispositif consiste à démonter le plancher et à le remettre à niveau à l’aide de différentes cales qui possèdent des épaisseurs variables. Pour finir, il est également possible d’utiliser des feuilles de journal afin des combler les petites irrégularités.

Sur quels critères se baser pour choisir son parquet ?

Le premier des critères à prendre en compte lorsque vous choisissez votre parquet flottant est l’endroit où vous voulez le poser. En effet, dans certains endroits de votre maison, un parquet de bonne qualité sera de mise, notamment à cause de la fréquence de passage. Dans votre salon, le sol aura tendance à supporter un grand nombre d’impacts, comme par exemple le déplacement de meubles, les impacts de talons aiguilles, les roulettes d’une valise et bien d’autres. Pour cela, votre parquet flottant devra être en mesure de résister à l’abrasion, à la pression et au cisaillement.

Vous l’aurez compris, pour les pièces de votre maison où il y a beaucoup de passage, vous ne pouvez pas faire l’impasse sur un parquet de bonne qualité, et donc assez coûteux. Néanmoins, pour les pièces un peu moins fréquentées, telles que les chambres, vous pouvez choisir un sol moins cher et d’une qualité moins optimale. Attention cependant, pour qu’un sol bon marché se pose parfaitement, il faudra qu’il soit posé sur un sol plat et rigide.

Un autre détail est important à prendre en compte : le type du bois. En effet, vous retrouverez dans le commerce une large proposition. Chacun possède ses propres spécificités. À titre d’exemple, le chêne a tendance à être plus résistant à l’inverse de l’érable qui résiste très mal à l’humidité ou bien qui jaunit facilement au fil du temps.

Dans tous les cas, il est vivement recommandé de ne pas faire l’impasse sur la vitrification. Pour que cette dernière soit optimale, vous pouvez acheter votre parquet sans et procéder au dispositif vous-même. En effet, les méthodes de vitrification qui sont mises en place dans le commerce ont tendance à faire défaut. Si vous faites l’impasse sur ce dispositif, vous exposez votre parquet aux projections d’eau qui pourront vite rendre votre sol moins beau. De plus, une bonne vitrification vous aidera à bien remettre en état votre parquet flottant en cas de taches, de rayures ou bien encore d’impacts. Même si l’on se dit toujours qu’on sera vigilant une fois que son nouveau parquet est posé, il ne faut pas oublier que personne n’est à l’abri des petits accidents de la vie. À tout moment, vous pouvez faire tomber un verre par terre ou bien n’importe quel autre objet qui viendront endommagé votre tout nouveau sol flottant.

Quelles sont les différentes essences de bois disponibles ?

Au moment de choisir votre parquet, vous allez être confronté au terme « essence de bois ». Concrètement, ce dernier désigne le type de bois pour lequel vous allez opter.

Dans un premier temps, on désigne par le terme « essence indigène » les bois qui viennent des forêts européennes. Ces dernièrs se retrouve également sous la dénomination d’ «essence classique ». Parmi elles, on retrouve principalement le châtaignier, le hêtre et le chêne. On retrouve également l’acacia qui est considéré comme un bois dur, aussi élastique que compact.

Sous le terme essence exotique se trouvent tous les bois venant des forêts humides d’Amérique du sud, d’Afrique, d’Asie et des forêts tropicales d’Amérique du nord. Ces essences sont considérées comme particulièrement résistantes et proposent différentes teintes les rendant très avantageuses. À noter que les essences exotiques sont très demandées, mais reste tout de même plus chères que les essences traditionnelles.


Faut-il mettre une sous-couche avant de poser son parquet flottant ?

La sous-couche est un des éléments indispensables pour poser son parquet flottant de la meilleure façon possible. Dans certains cas, plusieurs peuvent être nécessaires. Cette étape est primordiale afin d’isoler l’humidité ou bien même pour éviter certains désagréments sonores. Dans un premier temps, pour protéger votre parquet flottant de l’humidité, vous pouvez avoir recours à un film de polyéthylène qui se pose très facilement. Pour ce qui est de l’isolation phonique, les dalles de feutre s’avèrent être idéales et se posent également très simplement. Bien entendu, il existe bien d’autres solutions pour l’isolation de son parquet. La meilleure solution est de demander à un professionnel du métier quelle est la meilleure solution en fonction de votre sol.

Comment se déroule la pose d’un parquet flottant ?

Une fois que votre sol est préparé et que vos sous-couches sont prêtes, il ne vous reste plus qu’à poser votre parquet flottant. Ce dernier est en réalité constitué de différentes lames de parquet à l’aide de rainures et de languettes. Vous l’aurez compris, on parle de parquet « flottant » car il ne sera pas fixé au sol. En effet, les lames de bois utilisées sont solidaires entre elles et s’appuient sur un système d’emboîtage. Tout au long de la pose, on utilise une cale en bois afin de venir taper sur le long de la lame que l’on est en train de mettre. Les différentes lames se poseront rang par rang. À noter que si vous utilisez un parquet enclipsable, il vous faudra oublier le marteau. En effet, ce type de sol se pose à la main afin de ne pas forcer sur les clips. Même si certains recommandent de coller les lattes entre elles, vous devez prendre conscience que cela vous empêchera de remplacer une latte abîmée. La meilleure option reste de mettre un peu de colle aux endroits sensibles afin de se protéger de futurs problèmes tout en évitant d’avoir à changer tout son parquet.

L’endroit où il faudra être particulièrement vigilant est au niveau des portes. Vous devez faire attention à ce que votre porte puisse s’ouvrir et se fermer correctement. Pour pouvoir faire passer le parquet, il est également possible de découper les montants des portes.

Au niveau du sens, on considère que les lames doivent être parallèles au sens de la lumière. Cela est essentiellement dû au fait que, dans cette position, les différents défauts qui se trouvent sur les lames seront moins visibles par l’œil. Néanmoins, dans les pièces considérées comme étroites, telles que les couloirs, on estime qu’il est plus judicieux de poser les lames dans le sens de la pièce.

Quelles finitions choisir pour son parquet flottant ?

Afin de personnaliser au mieux votre intérieur et de protéger votre tout nouveau parquet, il existe différentes sortes de finitions qui s’offrent à vous. Dans tous les cas, vous devez prendre en compte que tous les parquets ont besoin d’un traitement de surface afin de prévenir l’usure quotidienne. Au niveau des finitions, vous avez le choix. Différents critères sont à prendre en compte afin de trouver celle qui vous conviendra le mieux. Par exemple, pour protéger l’environnement, vous pouvez opter pour des huiles ou bien des vernis écologiques. Pour votre santé, il sera également conseillé de choisir des finitions à faibles émissions de formaldéhyde.

Pour un effet invisible et imperméable, vous pouvez choisir d’appliquer un vernis en plusieurs couches. Cette finition est particulièrement optimale car elle laisse respire le bois tout en le protégeant d’éventuelles rayures. Avec un vernis, les taches auront également beaucoup plus de mal à venir s’incruster dans le bois. De plus, grâce à vos finitions, vous évitez que votre sol change de couleur avec le temps. Bien entendu, il se peut qu’au fil des années vous en constatiez quelques-unes, mais ces dernières seront beaucoup moins importantes que si vous n’aviez pas posé de vernis. Au fil du temps, les propositions en matière de vernis évoluent afin de vous laisser accéder à plusieurs rendus différents. Vous avez notamment le choix entre un vernis brillant, satiné ou bien encore mat. Le mat vous aidera à avoir un aspect huilé tout en profitant des bienfaits du vernis, tandis que le brillant vous permettra d’obtenir un effet « miroir ». Pour les parquets, le plus couramment utilisé reste le vernis brillant. Toutefois, gardez à l’esprit que plus votre vernis sera brillant, plus les futures rayures de votre parquet flottant seront visibles.

Pour obtenir un aspect naturel sur votre bois, vous pouvez utiliser de l’huile naturelle. Cette dernière viendra pénétrer profondément dans les fibres de votre sol tout en laissant respirer le bois. Avec l’huile, vous vous assurez de rendre votre parquet moins sensible aux agressions extérieures. Sachez que vous pouvez également opter pour une finition huilé-ciré qui est beaucoup moins liquide que la précédente, mais qui offre une protection plus optimale. Lorsque vous cirez un parquet, vous lui ajoutez une couche protectrice plus solide qui viendra remplir les pores de votre bois. Le rendu restera cependant très naturel, même si en apparence il sera plus satiné et patiné qu’avec une huile traditionnelle. Dans les deux cas, votre sol devra être entretenu entre une à deux fois par an.

Pour votre parquet flottant, vous pouvez également choisir une finition « durcie aux UV ». Cette technique s’assimile à celle du vernis mat. L’huile qui est appliquée sur le parquet est spécialement séchée aux UV. Cette méthode de finition viendra imprégner les fibres du bois tout en laissant respirer le parquet. Avec cette technique, vous vous assurez d’avoir un sol imperméable aux poussières ou bien aux taches. De plus, les veinages de votre bois seront mis en valeur pour un rendu aussi naturel qu’époustouflant.

Un parquet flottant, combien est-ce que ça coute ?

Cela ne vous aura peut-être pas échappé, mais le prix d’un parquet flottant peut varier considérablement en fonction du type de bois et de la qualité que vous choisirez. Ne choisissez pas votre parquet à la légère et prenez le temps de bien vous pencher sur les différentes caractéristiques qu’ils proposent. Pour vous donner un ordre d’idée, il faudra en moyenne compter 40€ par m2.

Si vous ne vous sentez pas de poser votre parquet flottant vous-même, vous pouvez également faire appel aux services d’un professionnel. Néanmoins, vous devrez débourser une certaine somme pour cette main d’œuvre. Dans tous les cas, vous pouvez faire établir un devis afin de savoir précisément combien vous allez devoir débourser.

Comment nettoyer votre plancher flottant ?

Il existe différentes techniques afin de vous permettre de nettoyer votre parquet flottant sans l’abîmer. Dans un tout premier temps, évitez autant que vous le pouvez de passer l’aspirateur. En effet, sans le faire exprès, vous pourrez l’endommager. Pour ôter les poussières qui se trouvent sur votre sol, votre meilleure solution est d’utiliser un balai doux et souple. Pour laver votre parquet plus en profondeur, vous pouvez opter pour un lavage à l’eau, et plus particulièrement de l’eau chaude.

Dans le cas où votre parquet flottant s’avère vraiment taché, vous pouvez vous aider d’un savon noir afin de faire partir les saletés les plus tenaces. Le savon de Marseille est aussi très efficace, tout comme le dispositif de nettoyage à la vapeur. Soyez vigilant à ne jamais utiliser des produits trop agressifs pour laver votre sol.

N’oubliez pas de protéger votre parquet flottant de vos meubles en plaçant sous les pieds de chacun des coussinets. Cela vous permettra de vous prévenir d’éventuelles rayures et d’égratignures. De plus, pour éviter que les saletés ne s’incrustent, vous pouvez placer des tapis au niveau des portes.


voir le guide