Les différents types de pose pour un parquet en bois

Il existe plusieurs techniques de pose pour un parquet. Afin de connaître la plus adaptée il faut définir plusieurs points.

Tout d'abord la nature du support sur lequel va reposer votre parquet. Ensuite, les installations et pré-requis techniques comme le chauffage au sol, système de rafraîchissement, pièce humide, ... Et enfin le type de parquet que vous allez poser. Parquet massif, parquet contrecollé ou sol stratifié.

La pose clouée du parquet :

Ce type de pose est recommandée pour les parquets massifs de plus de 20 mm d'épaisseur.
Elle s'effectue sur des poutres ou lambourdes et nécessite un niveau qualifié professionnel pour une bonne mise en oeuvre.

Cette technique est souvent recommandée pour une pose de parquet à l'étage sur des solives ou lambourdes déjà existantes pour les constructions anciennes.

La pose collée d'un parquet :

La pose collée est adaptée pour les parquets massifs et parquets contrecollés.
Le support peut être une chape de ciment, aggloméré ou un ancien parquet à condition qu'il ne soit pas trop épais.

Ce type de pose est accessible aux bricoleurs avec un niveau confirmé. La pose collée d'un parquet nécessite l'ajout d'une sous-couche isolante et devient obligatoire pour les pièces humides et les sols avec système chauffant ou rafraîchissant.

La pose flottante d'un parquet :

Cette pose est réservée aux parquets contrecollés et les sols stratifiés.
Elle se fait sur un support type chape de ciment, support aggloméré ou ancien parquet.

La pose flottante est simple et accessible. Idéale pour conserver le revêtement d'origine et demande uniquement la pose d'une sous-couche isolante.

Vous retrouverez dans le DTU relatif au type de parquet la technique de pose adéquate :
- DTU 51.1 pour la pose clouée
- DTU 51.2 pour la pose collée
- DTU 51.11 pour la pose flottante.


voir le guide